מדרשת יהודה
Manitou

Rav Yehouda Léon Ashkénazi - Manitou

Rav Yehouda Léon Ashkénazi (1922-1996), plus connu sous le nom de Manitou, est un de ces rares génies qui a laissé une trace indélébile dans l'avenir du sionisme, du judaïsme français et de l'enseignement religieux israélien. Grand penseur, aussi bien dans les matières profanes que dans la kabbale, le Talmud et les études bibliques, il fut aussi un enseignement à la pédagogie hors pair qui savait à la fois expliquer les mystères de la kabbale avec finesse et transmettre la pensée juive aux plus jeunes, sans déformer le "sublime" du contenu, mais en adaptant le contenant à son auditoire. Il est sans conteste un des tenants de la renaissance de la pensée juive française d'après-guerre, et maître d'un courant religieux sioniste en Israël, où il 'montera' après la guerre des Six jours. Outre une pensée universelle, c'est un mode de vie complet qu'il a découvert et mis en pratique.

L'enseignement de Manitou était un enseignement oral, suivant la tradition de ses maitres, fondé sur une tradition juive authentique, remontant jusqu'à son aïeul, le Rav Yossef Ibn Teboul, élève direct du Ari Za"l. Cet enseignement traditionnel et appuyé directement sur les sources les plus authentiques de la Kabbale, était adressé à un public francophone des plus vastes, et au public israélien.

Manitou avait le génie d'exprimer en français l'intériorité des textes sans en déformer le sens. Possédant une très vaste culture générale (philosophie, ethnologie, anthropologie, théologie), il pouvait s'adresser au public universitaire et l'aidait à formuler ses questions identitaires. Pédagogue hors norme, il fut capable d'enseigner les études juives les plus complexes à tous ses auditoires, et chaque participant était persuadé que l'enseignement transmis le concernait directement et personnellement. 

Manitou a marqué la communauté juive française de son empreinte, depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Il a joué un rôle essentiel dans le réveil spirituel de cette communauté après la Shoah, a dirigé l'Ecole d'Orsay, d'où sont sortis de très nombreux cadres de la communauté, a créé et dirigé  le Centre Universitaire d'Etudes Juives. Apres son Alya en Israël en 1967, il a dirigé la Metivta Sepharadite dans la vieille ville de Jérusalem, et en 1974 Mayanot, où de nombreux jeunes ont passé une année d'études, et retrouvé leurs sources identitaires. En prolongement de Mayanot, Manitou a créé le centre Yair, où il délivrait régulièrement des cours. En parallèle, Manitou n'a cessé de s'occuper de la communauté francophone dans le monde, mettant l'accent sur l'importance de la alyah.